Desastre internet - Crashword WebTV

Internet

 

 

Comme par magie, on est en train de vous réincarner de votre vivant en tout une suite de chiffres 0 et 1 ..... ! 

 

Pour ceux qui m’ont un peu lu sur ce site, et pour ceux qui ne m’ont n’ont pas lu.  Le problème majeur du monde dit moderne, actuel et à venir est,  et sera, la vitesse qui sera grandissante.  Votre vie sera conditionnée à une adaptation à cette vitesse, ou la capacité à s’en protéger. Tout sera fait pour que votre marge de manœuvre sur cette capacité à vous protéger, qu’elle soit la plus mince possible.

La révolution internet, a fait basculé l’être humain du stade de son immobilisme, vers une course frénétique démesurée, en bafouant au passage absolument tous les fondamentaux. Le tout, aussi contradictoire que cela puisse paraitre,  sans bouger de sa chaise. Comment est-il possible d’être mobile et immobile en même temps ? En faisant voyager des données.  J’avais écrit que le premier SMS avait été fabriqué il y a des millions d’années dans une caverne. Quelques smiley de bestiaux préhistoriques, tagués sur un mur par un Néandertalien. La grande différence entre ce SMS « Précieux », c’est que, encore aujourd’hui on l’admire. Des millions d’années bien plus tard, c’est encore là. Alors que les centaines de SMS que vous envoyez à vos amis, chaque jour, ou vos courriels, plutôt qualifiés de « Pourriels », eux n’ont aucune valeur et disparaissent en une fraction de secondes. Des Milliards de SMS qui apparaissent et s’évaporent en même pas une seconde.  Tellement de SMS et de messages sont envoyés, que la médecine garantie plus tard une floraison d’arthrose du pouce et de l’index.  Maintenant imaginons ce qu’il se passerait si d’un coup, on débranchait la prise. Plus un seul SMS. Une chose gravissime se passerait, l’être humain deviendrait malade. Et c’est là, la force des données au travers d’internet.  C’est une conséquence de dépendance. Une drogue extrêmement progressive et quasi imperceptible. Une goutte à goutte qui dure depuis à peu près au début des années 80.  Durant 40 ans, j’ai accompagné cette progression, d’une façon assez consciente, du stade 0 à aujourd’hui.

 

Le stade 0 a été l’injection de Windows dans une unité centrale, un PC que l’on a jeté mon bureau, alors qu’à la même époque ma spécialisation était des énormes ordinateurs que l’on surnommait « Mainframe ». A cette époque, l’informatique était un outil d’entreprise, et rendait de grands services. D’avoir connecté des écrans accessibles à des utilisateurs, cela à ouvert les portes des la fluctuation des données.  Si on regarde l’informatique sous un autre angle, que de traiter des données principalement de gestions, avec le recul, je me suis rendu compte que l’objectif de cette informatique « utile » au fond était d’ouvrir en permanence des portes, pour que les données circulent plus vite. Toujours plus vite. Au tout début aussi, je me rappelle que la sécurité informatique était essentielle, au point que certains programmes étaient même enfermés dans des coffres-forts. Au fur et à mesure, les architectures techniques ont évolués. L’informatique a basculé en 10 ans vers des serveurs, les mainframes ont disparus, et arrive les sites internet, qui au tout début, étaient surtout des sites de présentation d’entreprise. Au même moment il y a eu la mise à mort du Minitel.  Le PDG actuel de free par exemple, vient de l’univers du Minitel. Bill gâtes, c’est Windows. Apple etc. Ce n’étaient pas des petits génies, du moins si un peu. Mais c’était surtout des personnes qui se concentraient sur la technologie informatique, pendant que la plupart des gens dansaient en discothèque. Arrive les années 90 et la propagation internet s’accélère et les portes s’ouvrent de plus en plus, au point d’arriver sur les téléphones portables, une autre révolution qui a pris naissance début 2000.  Je me rappelle d’une anecdote concernant mon fis durant la guerre du Golfe rappelez-vous. Les premières têtes d’otages qui tombent et vidéo filmées, balancées sur le net. Moi-même je n’avais pas réussi à trouver ses fameuses vidéos qui annonçaient pour bien plus tard l’arrivée des « Buz ». Il faut dire que je n’avais pas trop cherché non plus, mais étant dans l’informatique. Par contre mon fils lui échangeaient déjà les têtes avec ses copains d’écoles et m’a tendu fièrement son portable en me disant « regarde ». Les portes de la fluctuation des données s’ouvrent de plus en plus et notre monde rétréci.

2005 fleurissent les startups en mêle temps que les Hackers. Les programment deviennent sophistiqués au point que naissent des virus informatiques aussi dévastateurs que les vrais guerres. Le portable monte en puissante vers 2010 au point que disparaissent les appareils photos, les appareils vidéos, les baladeurs audio. Tout semble rentrer dans le portable, que l’on appelle dorénavant « Smartphone » et pas si « Smart » que cela.  Après avoir simplifiée tous nos appareils en un seul, arrive la simplification en même temps que le vol de nos données à savoir, les banques, les assurances, nos impôts, bref toute notre gestion de données y passe. Mais cela n’a pas encore suffit. Il a fallu encore ouvrir des portes avec l’avènement des réseaux soit disant sociaux. Face book, tweeter, LinkedIn et là on y jette toutes nos données de vies personnelles et professionnelles.  Mais cela n’a pas encore suffit. Arrive les « Booking list ». En résumé se sont des mises en avant de commerces de toute nature comme « Le furet point com ». Vous connaissez ? Tripadvistor… et d’autres centaines aujourd’hui qui ont cette particularité de détruire les magasins en dur. Vous ne vous en rendez peut être pas compte, mais lorsque vous recherchez « le meilleur plombier », ou le « meilleur garagiste » en fait vous ne choisissez pas le meilleur, vous choisissez celui qui a payé le plus cher, pour être en début de liste. Et c’est non seulement vrai pour absolument tous les « Booking list » mais c’est aussi vrai pour le moindre produit vendu sur un site comme Amazon, Darty ou je ne sais qu’elle autre enseigne. Prenons Amazon par exemple. Vous suivez bien entendu les avis des internautes ? Et bien ils sont tous faux, ou presque. J’appelle cela le moins pire du pire. Ce n’est pas parce que 1000 personnes achètent un produit parce qu’il est bon ! Pas du tout. 1000 personnes achètent un produit parce qu’il n’est pas cher. Nuance. Le BON produit est ailleurs sur le même site. Mais pour le trouver, il faut chercher plus en profondeur, en analysant toutes les spécifications techniques.  Revenons en arrière… avant internet, comment faisait-on pour trouver un produit ? Il n’y avait pas beaucoup de choix, et pas beaucoup le choix ? Au quartier du coin !?  Alors qu’aujourd’hui avec l’informatique, on peut comparer facilement des centaines données pour bien acheter, « on » nous incite à faire confiance à des avis, pour acheter en un clic.  Commencez-vous à la ressentir cette accélération. Les réseaux ont mis en évidence deux catégories de personnes. Les « Regardants » et les « Influenceurs ». Au même moment la bourse, les banques, tout ce qui est finance s’accélère au point que l’on adapte la carte bleue pour que le compte bancaire chauffe encore plus et bien plus vite. Les chéquiers bien entendu disparaissent. La compensation bancaire ne peut pas attendre elle.  Les réseaux ont fait naitre toute sorte d’influenceurs qui sont bien entendu tous des mystificateurs magistraux. Leur seul objectif, est de se baser sur vos données, pour engranger de l’argent. Plus c’est stupide et plus cela fonctionne. Sous couvert de vous amuser, vous les applaudissez car cela vous amuse, et leur compteur de « like » sert à dealer du business ailleurs à la vitesse lumière et en centaine de milliers d’euros. Au passage Facebook devient milliardaire avec du vent. Du moins grâce à vos vies « SI » exceptionnelles, que vous étalez avec fierté dans le monde entier. Données stockées en Californie. Au final aujourd’hui que détenez-vous pour vous !? Plus rien !  Si on débranche la prise… vous n’avez plus de banque, plus de milliers d’amis, plus de communication, plus de photos, plus de musique, il ne vous reste absolument rien. Non seulement il ne vous reste plus rien, mais en plus vous allez devenir malades. Voir dépressifs dans une profonde solitude toute aussi maladive. On vous a appris à être totalement dépendants de ce smartphone. Cela a un nom ! La nomophobie. Mieux encore ! Arrive l’intelligence artificielle et surtout l’intelligence artificielle générale. Non seulement on vous drogue, mais en plus on va piloter votre cerveau et votre vie, et ce totalement. A un point tel que vous serez privé de liberté.  Il y a eu l’arrivée de la signature biométrique. Pensez-vous qu’en signant avec votre pouce sur votre ordinateur ou votre téléphone, que l’on ne puisse pas relever vos empreintes ? Il y a la reconnaissance faciale, on trace vos moindre souhait d’achats sur internet pour vous rappeler, plus tard, que vous aviez laisser tomber un produit qui vous intéressait. Pour ceux qui connaissent un peu le « Dark net » … ou dans le même esprit le VPN, ou encore pour ceux plus technique encore, les « brouilleurs d’adresses IP » . Je vous donne un exemple que vous connaissez bien. Google. Sur un site classique, vous ne vous en rendez pas compte, mais lorsque vous entrez un mot clé dans google il vous répond. Logique. Mais autour de sa réponse et DANS sa réponse même, il vous influence et vous manipule. C’est quasi imperceptible. Mais visible tout de même. Sio vous entrez le même mot clé avec les technologies que je vous ai cité plus haut. La page google est épurée et plus pertinente. Elle ne peut plus s’adapter à vous car elle ne trouve plus votre adresse IP.  Les portes s’ouvrent encore plus et plus vite encore avec ce que j’appelle le phénomène « Pieuvre » ou « tentaculaire ».  Le plus fort dans ce domaine est Microsoft. Mais on peut reprendre l’exemple d’Amazon, ou bien Netflix.  Lorsque vous achetez une télévision Samsung par exemple, sur la télécommande il y a une touche « Netflix ». Lorsque vous avez un compte AMAZON, et que l’on vous demande de souscrire un compte « Prime » pour un tarif dérisoire en vue d’être livré plus vite ( encore) … finalement vous avez acheté le service Media vous donnant accès GRATUIT à un catalogue de film et de série en illimité !  Il n’y a pas un seul site qui ne joue pas avec vos données. Vos données ont même bien plus de valeurs que les produits qui sont vendus sur le net.  Les données ne sont pas encore trop connectées à la bourse qui elle s’accélère encore plus vite. La bourse vit même dans le futur en permanence ! Le temps est si compressé, que la valeur de l’argent ne se spécule non pas à l’instant « Thé » comme on pourrait l’imaginer. Comme on s’imagine encore voir des centaines de traders devant des écrans, ou bien debout dans une salle de marché ! Pas du tout ! Les valeurs du jour sont spéculées pour en moyenne trois plus tard, et par des algorithmes.  La valeur du jour, c’est trop tard. Celle la est gérée en une fraction de milliardième de secondes. On fait passer des câbles dans des océans, des câbles qui coutent des centaines de millions d’euros, pour faire circuler des données. Au final la bourse gagne quelques millièmes de secondes. Non seulement ils spéculent dans le futur tellement ils compressent le temps, mais cela ne va pas assez vite encore.  Vos smartphones, les satellites, les câbles sous la mer. Les réseaux respirent vos données et les font circuler tout autant que l’on respire l’air qui nous entoure .Et on additionne à cela des données confidentielles gérées par le gouvernement.  L’armée, les renseignements généraux. N’avez-vous pas remarqué cette accélération quand à identifier des fraudeurs, des voleurs, des djihadistes et j’en passe.  Le centre de l’impôt à Bercy a un logiciel graphique pour identifier rapidement des fraudeurs. Une base de données connectée a toutes vos données. Graphique ! Non pas des chiffres sur un tableau. En résumé sur un écran tout blanc il y a une grosse tâche noire qui représente toute la population Française. Et il y a autour de cette grosse tâche, de toutes petites tâches plus ou moins éloignées. Il suffit de cliquer sur une des petites tâches…. On a la liste des contrevenants qui ont triché, ou GRANDEMENT susceptible de l’être. En un seul clic de souris. 

Si vous êtes attentifs aux média télévisés, vous avez du remarque que internet  et les réseaux sociaux se déversent de plus en plus sur nos petits écrans. Et souvent utilisé en exemple et pas seulement au niveau des Buz qui font sourire. Un jour vous pourriez voir vos données devant  vous à la télévision

Ce monde va de plus en plus vite, tout en restant immobile. Cela veut dire quoi au fond ? Que l’être humain est dépossédé de ses valeurs, sur la juste propagation de ses données personnelles et que sa marge de manœuvre devient si étroite qu’en fin de compte il n’aura plus de liberté. La valeur de l’être humain se ballade statistiquement dans le monde entier, alors que lui reste immobile. L’être humain lui est comme scotché à plein d’écrans et principalement son smartphone qui est devenu quasi une troisième main. Il se fait voler son smartphone, il en a un second pour ne pas mourir.  

La vie d’un terrestre moderne va si vite qu’on l’incite à tout vivre vite. Il y a 20 ans la jeune génération avait absolument tout. Au même âge la génération d’aujourd’hui a non seulement tout, mais en plus à absolument tout vécu même sexuellement. A 30, 40, 50, 80 ans.. Qu’est ce qu’ils auront à conquérir ? Au combien même imaginons que cette nouvelle vie de dépendance remplie de vides, soit somme toutes suffisamment diversifiante. Une vitesse de vie si folle que 10 ans leur paraitront être une fraction de secondes.

Les sociologues on prédit que la plus grande guerre à venir, qui fera plus de morts que l’addition de tous les morts de toutes les guerres passées, sera le taux de suicides de nos enfants.  

Cette vitesse de vie, fait aussi que les responsables se soucient plus de leurs images sur internet, qui devient une référence aux travers de compteurs de personnes, plutôt que de se soucier de la santé de notre planète. Voir de leur propre santé même.

Au plus on va vite, au plus on laisse échapper des contrôles qui nous garantissent une survie. Il n’y a plus de prévention possible. La vitesse supprime le confort aussi. Le plus grave étant de dépasser une espèce d’énergie négative et monstrueuse, qui enclenchée deviendrait irréversible !

Tout ce qui fait la beauté d’un être humain sur cette planète et ce, depuis la nuit des temps, est ce qu’il est capable de créer de ses propres mains. C’est ce qui le construit.

Vous êtes-vous posée la question !

            « Qu’ai-je fabriqué de mes propres mains !»

 

Internet est gratuit !? En êtes-vous bien certains ? Quand une offre est dite gratuite, il y a toujours quelqu’un qui paye une facture ! Toujours ! Et ce n’est pas forcément celui ou celle à qui l’on pense.

Ne jamais donner de l’importance, à quelqu’un ou quelque chose qui fait de toi une option.

 

 

Comme par magie, on est en train de vous réincarner de votre vivant en tout une suite de chiffres 0 et 1 ..... ! Pour ceux qui m’ont un peu lu sur ce site, et pour ceux qui ne m’ont n’ont pas lu. Le problème majeur du monde dit moderne, actuel et à venir est, et sera, la vitesse qui sera grandissante. Votre vie sera conditionnée à une adaptation à cette vitesse, ou la capacité à s’en protéger. Tout sera fait pour que votre marge de manœuvre sur cette capacité à vous protéger, qu’elle soit la plus mince possible. La révolution internet, a fait basculé l’être humain du stade de son immobilisme, vers une course frénétique démesurée, en bafouant au passage absolument tous les fondamentaux. Le tout, aussi contradictoire que cela puisse paraitre, sans bouger de sa chaise. Comment est-il possible d’être mobile et immobile en même temps? En faisant voyager des données. J’avais écrit que le premier SMS avait été fabriqué il y a des millions d’années dans une caverne. Quelques smiley de bestiaux préhistoriques, tagués sur un mur par un Néandertalien. La grande différence entre ce SMS «Précieux», c’est que, encore aujourd’hui on l’admire. Des millions d’années bien plus tard, c’est encore là. Alors que les centaines de SMS que vous envoyez à vos amis, chaque jour, ou vos courriels, plutôt qualifiés de «Pourriels», eux n’ont aucune valeur et disparaissent en une fraction de secondes. Des Milliards de SMS qui apparaissent et s’évaporent en même pas une seconde. Tellement de SMS et de messages sont envoyés, que la médecine garantie plus tard une floraison d’arthrose du pouce et de l’index. Maintenant imaginons ce qu’il se passerait si d’un coup, on débranchait la prise. Plus un seul SMS. Une chose gravissime se passerait, l’être humain deviendrait malade. Et c’est là, la force des données au travers d’internet. C’est une conséquence de dépendance. Une drogue extrêmement progressive et quasi imperceptible. Une goutte à goutte qui dure depuis à peu près au début des années 80. Durant 40 ans, j’ai accompagné cette progression, d’une façon assez consciente, du stade 0 à aujourd’hui. Le stade 0 a été l’injection de Windows dans une unité centrale, un PC que l’on a jeté mon bureau, alors qu’à la même époque ma spécialisation était des énormes ordinateurs que l’on surnommait «Mainframe». A cette époque, l’informatique était un outil d’entreprise, et rendait de grands services. D’avoir connecté des écrans accessibles à des utilisateurs, cela à ouvert les portes des la fluctuation des données. Si on regarde l’informatique sous un autre angle, que de traiter des données principalement de gestions, avec le recul, je me suis rendu compte que l’objectif de cette informatique «utile» au fond était d’ouvrir en permanence des portes, pour que les données circulent plus vite. Toujours plus vite. Au tout début aussi, je me rappelle que la sécurité informatique était essentielle, au point que certains programmes étaient même enfermés dans des coffres-forts. Au fur et à mesure, les architectures techniques ont évolués. L’informatique a basculé en 10 ans vers des serveurs, les mainframes ont disparus, et arrive les sites internet, qui au tout début, étaient surtout des sites de présentation d’entreprise. Au même moment il y a eu la mise à mort du Minitel. Le PDG actuel de free par exemple, vient de l’univers du Minitel. Bill gâtes, c’est Windows. Apple etc. Ce n’étaient pas des petits génies, du moins si un peu. Mais c’était surtout des personnes qui se concentraient sur la technologie informatique, pendant que la plupart des gens dansaient en discothèque. Arrive les années 90 et la propagation internet s’accélère et les portes s’ouvrent de plus en plus, au point d’arriver sur les téléphones portables, une autre révolution qui a pris naissance début 2000. Je me rappelle d’une anecdote concernant mon fis durant la guerre du Golfe rappelez-vous. Les premières têtes d’otages qui tombent et vidéo filmées, balancées sur le net. Moi-même je n’avais pas réussi à trouver ses fameuses vidéos qui annonçaient pour bien plus tard l’arrivée des «Buz». Il faut dire que je n’avais pas trop cherché non plus, mais étant dans l’informatique. Par contre mon fils lui échangeaient déjà les têtes avec ses copains d’écoles et m’a tendu fièrement son portable en me disant «regarde». Les portes de la fluctuation des données s’ouvrent de plus en plus et notre monde rétréci. 2005 fleurissent les startups en mêle temps que les Hackers. Les programment deviennent sophistiqués au point que naissent des virus informatiques aussi dévastateurs que les vrais guerres. Le portable monte en puissante vers 2010 au point que disparaissent les appareils photos, les appareils vidéos, les baladeurs audio. Tout semble rentrer dans le portable, que l’on appelle dorénavant «Smartphone» et pas si «Smart» que cela. Après avoir simplifiée tous nos appareils en un seul, arrive la simplification en même temps que le vol de nos données à savoir, les banques, les assurances, nos impôts, bref toute notre gestion de données y passe. Mais cela n’a pas encore suffit. Il a fallu encore ouvrir des portes avec l’avènement des réseaux soit disant sociaux. Face book, tweeter, LinkedIn et là on y jette toutes nos données de vies personnelles et professionnelles. Mais cela n’a pas encore suffit. Arrive les «Booking list». En résumé se sont des mises en avant de commerces de toute nature comme «Le furet point com». Vous connaissez? Tripadvistor… et d’autres centaines aujourd’hui qui ont cette particularité de détruire les magasins en dur. Vous ne vous en rendez peut être pas compte, mais lorsque vous recherchez «le meilleur plombier», ou le «meilleur garagiste» en fait vous ne choisissez pas le meilleur, vous choisissez celui qui a payé le plus cher, pour être en début de liste. Et c’est non seulement vrai pour absolument tous les «Booking list» mais c’est aussi vrai pour le moindre produit vendu sur un site comme Amazon, Darty ou je ne sais qu’elle autre enseigne. Prenons Amazon par exemple. Vous suivez bien entendu les avis des internautes? Et bien ils sont tous faux, ou presque. J’appelle cela le moins pire du pire. Ce n’est pas parce que 1000 personnes achètent un produit parce qu’il est bon! Pas du tout. 1000 personnes achètent un produit parce qu’il n’est pas cher. Nuance. Le BON produit est ailleurs sur le même site. Mais pour le trouver, il faut chercher plus en profondeur, en analysant toutes les spécifications techniques. Revenons en arrière… avant internet, comment faisait-on pour trouver un produit? Il n’y avait pas beaucoup de choix, et pas beaucoup le choix? Au quartier du coin!? Alors qu’aujourd’hui avec l’informatique, on peut comparer facilement des centaines données pour bien acheter, «on» nous incite à faire confiance à des avis, pour acheter en un clic. Commencez-vous à la ressentir cette accélération. Les réseaux ont mis en évidence deux catégories de personnes. Les «Regardants» et les «Influenceurs». Au même moment la bourse, les banques, tout ce qui est finance s’accélère au point que l’on adapte la carte bleue pour que le compte bancaire chauffe encore plus et bien plus vite. Les chéquiers bien entendu disparaissent. La compensation bancaire ne peut pas attendre elle. Les réseaux ont fait naitre toute sorte d’influenceurs qui sont bien entendu tous des mystificateurs magistraux. Leur seul objectif, est de se baser sur vos données, pour engranger de l’argent. Plus c’est stupide et plus cela fonctionne. Sous couvert de vous amuser, vous les applaudissez car cela vous amuse, et leur compteur de «like» sert à dealer du business ailleurs à la vitesse lumière et en centaine de milliers d’euros. Au passage Facebook devient milliardaire avec du vent. Du moins grâce à vos vies «SI» exceptionnelles, que vous étalez avec fierté dans le monde entier. Données stockées en Californie. Au final aujourd’hui que détenez-vous pour vous!? Plus rien! Si on débranche la prise… vous n’avez plus de banque, plus de milliers d’amis, plus de communication, plus de photos, plus de musique, il ne vous reste absolument rien. Non seulement il ne vous reste plus rien, mais en plus vous allez devenir malades. Voir dépressifs dans une profonde solitude toute aussi maladive. On vous a appris à être totalement dépendants de ce smartphone. Cela a un nom! La nomophobie. Mieux encore! Arrive l’intelligence artificielle et surtout l’intelligence artificielle générale. Non seulement on vous drogue, mais en plus on va piloter votre cerveau et votre vie, et ce totalement. A un point tel que vous serez privé de liberté. Il y a eu l’arrivée de la signature biométrique. Pensez-vous qu’en signant avec votre pouce sur votre ordinateur ou votre téléphone, que l’on ne puisse pas relever vos empreintes? Il y a la reconnaissance faciale, on trace vos moindre souhait d’achats sur internet pour vous rappeler, plus tard, que vous aviez laisser tomber un produit qui vous intéressait. Pour ceux qui connaissent un peu le «Dark net» … ou dans le même esprit le VPN, ou encore pour ceux plus technique encore, les «brouilleurs d’adresses IP» . Je vous donne un exemple que vous connaissez bien. Google. Sur un site classique, vous ne vous en rendez pas compte, mais lorsque vous entrez un mot clé dans google il vous répond. Logique. Mais autour de sa réponse et DANS sa réponse même, il vous influence et vous manipule. C’est quasi imperceptible. Mais visible tout de même. Sio vous entrez le même mot clé avec les technologies que je vous ai cité plus haut. La page google est épurée et plus pertinente. Elle ne peut plus s’adapter à vous car elle ne trouve plus votre adresse IP. Les portes s’ouvrent encore plus et plus vite encore avec ce que j’appelle le phénomène «Pieuvre» ou «tentaculaire». Le plus fort dans ce domaine est Microsoft. Mais on peut reprendre l’exemple d’Amazon, ou bien Netflix. Lorsque vous achetez une télévision Samsung par exemple, sur la télécommande il y a une touche «Netflix». Lorsque vous avez un compte AMAZON, et que l’on vous demande de souscrire un compte «Prime» pour un tarif dérisoire en vue d’être livré plus vite ( encore) … finalement vous avez acheté le service Media vous donnant accès GRATUIT à un catalogue de film et de série en illimité! Il n’y a pas un seul site qui ne joue pas avec vos données. Vos données ont même bien plus de valeurs que les produits qui sont vendus sur le net. Les données ne sont pas encore trop connectées à la bourse qui elle s’accélère encore plus vite. La bourse vit même dans le futur en permanence! Le temps est si compressé, que la valeur de l’argent ne se spécule non pas à l’instant «Thé» comme on pourrait l’imaginer. Comme on s’imagine encore voir des centaines de traders devant des écrans, ou bien debout dans une salle de marché! Pas du tout! Les valeurs du jour sont spéculées pour en moyenne trois plus tard, et par des algorithmes. La valeur du jour, c’est trop tard. Celle la est gérée en une fraction de milliardième de secondes. On fait passer des câbles dans des océans, des câbles qui coutent des centaines de millions d’euros, pour faire circuler des données. Au final la bourse gagne quelques millièmes de secondes. Non seulement ils spéculent dans le futur tellement ils compressent le temps, mais cela ne va pas assez vite encore. Vos smartphones, les satellites, les câbles sous la mer. Les réseaux respirent vos données et les font circuler tout autant que l’on respire l’air qui nous entoure .Et on additionne à cela des données confidentielles gérées par le gouvernement. L’armée, les renseignements généraux. N’avez-vous pas remarqué cette accélération quand à identifier des fraudeurs, des voleurs, des djihadistes et j’en passe. Le centre de l’impôt à Bercy a un logiciel graphique pour identifier rapidement des fraudeurs. Une base de données connectée a toutes vos données. Graphique! Non pas des chiffres sur un tableau. En résumé sur un écran tout blanc il y a une grosse tâche noire qui représente toute la population Française. Et il y a autour de cette grosse tâche, de toutes petites tâches plus ou moins éloignées. Il suffit de cliquer sur une des petites tâches…. On a la liste des contrevenants qui ont triché, ou GRANDEMENT susceptible de l’être. En un seul clic de souris. Si vous êtes attentifs aux média télévisés, vous avez du remarque que internet et les réseaux sociaux se déversent de plus en plus sur nos petits écrans. Et souvent utilisé en exemple et pas seulement au niveau des Buz qui font sourire. Un jour vous pourriez voir vos données devant vous à la télévision Ce monde va de plus en plus vite, tout en restant immobile. Cela veut dire quoi au fond? Que l’être humain est dépossédé de ses valeurs, sur la juste propagation de ses données personnelles et que sa marge de manœuvre devient si étroite qu’en fin de compte il n’aura plus de liberté. La valeur de l’être humain se ballade statistiquement dans le monde entier, alors que lui reste immobile. L’être humain lui est comme scotché à plein d’écrans et principalement son smartphone qui est devenu quasi une troisième main. Il se fait voler son smartphone, il en a un second pour ne pas mourir. La vie d’un terrestre moderne va si vite qu’on l’incite à tout vivre vite. Il y a 20 ans la jeune génération avait absolument tout. Au même âge la génération d’aujourd’hui a non seulement tout, mais en plus à absolument tout vécu même sexuellement. A 30, 40, 50, 80 ans..Qu’est ce qu’ils auront à conquérir? Au combien même imaginons que cette nouvelle vie de dépendance remplie de vides, soit somme toutes suffisamment diversifiante. Une vitesse de vie si folle que 10 ans leur paraitront être une fraction de secondes. Les sociologues on prédit que la plus grande guerre à venir, qui fera plus de morts que l’addition de tous les morts de toutes les guerres passées, sera le taux de suicides de nos enfants. Cette vitesse de vie, fait aussi que les responsables se soucient plus de leurs images sur internet, qui devient une référence aux travers de compteurs de personnes, plutôt que de se soucier de la santé de notre planète. Voir de leur propre santé même. Au plus on va vite, au plus on laisse échapper des contrôles qui nous garantissent une survie. Il n’y a plus de prévention possible. La vitesse supprime le confort aussi. Le plus grave étant de dépasser une espèce d’énergie négative et monstrueuse, qui enclenchée deviendrait irréversible! Tout ce qui fait la beauté d’un être humain sur cette planète et ce, depuis la nuit des temps, est ce qu’il est capable de créer de ses propres mains. C’est ce qui le construit. Vous êtes-vous posée la question! «Qu’ai-je fabriqué de mes propres mains!» Internet est gratuit!? En êtes-vous bien certains? Quand une offre est dite gratuite, il y a toujours quelqu’un qui paye une facture! Toujours! Et ce n’est pas forcément celui ou celle à qui l’on pense. Ne jamais donner de l’importance, à quelqu’un ou quelque chose qui fait de toi une option.